Étudier et analyser un texte poétique. Rédiger un commentaire de poésie facilement

Cette semaine, nous pensons aux collégiens et aux lycéens qui auront à réaliser prochainement un commentaire de poésie. A partir d’un texte du poète contemporain basque Zoran Savic, nous vous expliquons comment étudier et analyser correctement et facilement un court texte poétique.

Rédiger un commentaire de poésie

Bien-entendu, chacun a sa méthode et sa sensibilité artistique, poétique… C’est donc à chacun, en plus du processus d’analyse basique, de savoir aussi écouter son cœur, son intuition et les sentiments et réflexions qu’ils lui inspirent ! C’est la touche personnelle et la compréhension de chacun qui rendent une analyse de poème unique et différente. Ce qui compte est toujours d’appuyer son opinion et de la justifier !

Tout d’abord quelques conseils …

  1. Il vous faut lire le poème deux à trois fois tout simplement avant d’effectuer une autre lecture mais cette fois stylo en main. Imprégnez-vous de lui ! Lors de cette lecture stylo en main, commencez par définir la forme de la poésie. Repérez les paragraphes et le nombre de strophes qui composent chacun. Repérez également le rythme (ordre d’apparition des rimes) de la poésie.
  2. Rédigez quelques lignes sur le thème général du poème.
  3. Trouvez les sous-thèmes du poème grâce à l’étude du vocabulaire en premier lieu (champs lexicaux) puis des figures de style (comparaison, métaphore, opposition etc.)
  4. Une fois que vous aurez défini les différents champs lexicaux et figures de styles intervenant dans le texte, il faudra que vous notiez absolument, dans une relecture, tout ce que vous évoque le poème. Vous ferez ceci sous forme de liste numérotée. C’est très simple !
  5. Maintenant prenez une feuille blanche et notez en gros le mot illustrant le mieux votre Thème principal. Ce thème principal doit tout de même être détaillé. Par exemple il ne s’agit pas d’écrire : « l’Amour » mais plutôt de définir les nuances du thème par exemple : « les conséquences de l’Amour perdu à l’adolescence chez le poète ». Choisissez 3 sous-thèmes maximum et faites une colonne par sous-thème (ex : l’adolescence / le profil des jeunes filles en 1920 / le chagrin d’amour / l’inspiration par l’adversité). Regroupez toutes vos idées dans les colonnes correspondant.
  6. Il ne vous reste plus qu’à bien expliquer comment votre plan opérera en introduction et à rédiger votre tableau directement. Bien entendu au fil de cette rédaction, vous inclurez les éléments qui sous-tendent votre analyse. Vous n’hésiterez pas à citer les passages (numéro de paragraphes , strophes, vers…) qui plaident en faveur de vos thèses et à donner des exemples.
  7. Une fois ceci relu vous pourrez rédiger au propre.

Mise en pratique sur un court poème. Bien entendu plus le poème est long plus vous aurez de choses à dire…

LA DAME DE PIQUE

Zoran Savic

Le désir pour la Dame de pique ?
Mon cœur en trèfle noir,
Aime comme le roi qui attend,
Les quatre dames…

La vie qui me pique,
Dans les entrailles de la Dame de cœur,
Au loin, un as !
J’avais vingt ans…

A la prochaine distribution,
Mon âme en ébullition,
Désire la Dame de pique,
Mais mon cœur euphorique,
Lui, attend la dame de trèfle…

(Poésies de Multiples couleurs, sélection d’œuvres 1979-2019)

Introduction

Le texte à analyser est une poésie de forme atypique dont le contenu prime sur la construction. Il s’agit du poème « La Dame de Pique » du poète contemporain Zoran Savic. D’origine yougoslave, Zoran Savic est auteur mais aussi peintre primé. C’est un célèbre représentant de l’école flamande dans sa version contemporaine. Dès les années 70 il se lance dans l’écriture en étant édité dans la revue littéraire « Les Horizons ». Ce magazine lui fait la part-belle puisqu’il y publiera, au total, sur cinq ans, une bonne centaine de pages poétiques. Zoran Savic vit près de Bayonne où il continue d’écrire. Il compte à son actif de multiples recueils édités dont les deux derniers « Combat de Titans » et « Poésies de Multiples couleurs, sélection d’oeuvres 1979-2019 dont est issu « La Dame de Pique ». Ce recueil diffère des autres puisqu’il s’agit d’une anthologie de ses textes majeurs mais plutôt inédits car jusque-là disséminés chez de petits éditeurs indépendants et publiés en magazines littéraires. On devine que Zoran Savic a été bercé par une double-culture. D’après les sources que j’ai pu trouver sur lui notamment sur Internet et à la BNF, il est particulièrement connu pour avoir écrit sur les thèmes de l’Enfance et du Temps qui passe. Pour réaliser cette analyse dont le thème majeur est celui de l’amour comme dans un jeu de cartes (avec une distribution aléatoire et une attente certaine correspondant à la montée du désir chez l’auteur), je proposerai 3 parties : le Désir, le Jeu de société face au jeu amoureux et la jeunesse.

Le Désir, cette « ébullition » fluctuante

Nous l’avons dit précédemment, ce poème du franco-yougoslave Zoran Savic, poète utilisant la structure atypique (les rimes ne sont pas forcément présentes sauf par effet miroir). Les rimes arrivent donc un peu à l’improviste et de façon non organisée. Cela même suffit à évoquer le thème du Désir qui est un transport assez mystérieux prêt à arriver n’importe quand face à une vision, celle d’une femme par exemple. Le premier mot utilisé par le poète est le mot « Désir », directement au vers 1 de la strophe 1. Nous notons d’ailleurs dans ce poème le champ lexical du désir étroitement mêlé à celui de l’Amour (I v1 désir, v2 cœur, v3 aime, II v2 cœur, III v2 ébullition, v3 désire, v4 cœur et euphorique, v5 attente. Notons que le mot « attente » ne fait pas à proprement parlé partie du champ lexical du désir mais qu’il en est une composante ; d’ailleurs ici le désir est absolument exacerbé par l’attente de la distribution des cartes). Dans la strophe I le désir du poète est dirigé vers la Dame de Pique (le pique évoque également une blessure amoureuse), il se demande s’il a du désir pour elle (c’est une carte mais aussi une femme, il y a une personnification de la Dame de Pique) puis se généralise aux quatre dames. La blessure amoureuse liée au désir est également évoquée à travers la Dame de cœur et ses « entrailles ». Notons que le mot entrailles participe au développement du concept de Désir puisque les entrailles évoquent à la fois l’acte sexuel mais aussi la naissance. Il y a donc ici une métaphore subtile et courte de la naissance du désir. L’as évoque une victoire sur l’amour mais on se rencontre qu’il s’agit bien du passé de l’auteur puisqu’il se met à employer ‘imparfait et à évoquer son âge (« j’avais vingt ans… » II v4). Lors de la première strophe le désir de l’auteur est pour la Dame de Pique, le cœur de l’auteur (ses sentiments) sont personnifiés à travers la Dame de Trèfle (trèfle noir), puis dans la seconde strophe il est dirigé vers la Dame de cœur. A la strophe III le désir pour la Dame de Pique est de nouveau présent. On comprend qu’elle prime sur les autres, que c’est par elle que tout se joue (d’ailleurs elle a donné son nom au poème). Puis en v5 on comprend que si la Dame de pique suscite le désir, le vrai amour de l’auteur est pour la Dame de trèfle. Il y a donc une opposition entre Pique et Trèfle. Le Pique est le désir, le Trèfle est l’amour plus constant.

Le Jeu de carte personnifié en Jeu amoureux

Il y a ici une vraie personnification du jeu de société (le jeu de carte) qui devient un véritable jeu d’amoureux entre un auteur, le poète, et quatre femmes. Comme dans le jeu amoureux, l’attente est présente. C’est elle qui exacerbe le désir et les sentiments. Le pique peut être assimilé à l’acte sexuel puisqu’on a aussi le mot « entrailles ». La vie qui « pique » est donc un terme relié à l’amour consommé. L’as est le gagnant et représente l’amoureux qui sait séduire la femme qu’il désire. La distribution des cartes est assimilée au tourbillon de la vie qui met plusieurs femmes sur le chemin de l’homme. La distribution est l’attente d’un prochain amour, d’une « nouvelle donne » amoureuse. Il est cependant déchiré entre le Désir, soudain et lancinant (ébullition) et l’amour (l’attente).

La jeunesse, gagnante d’hier…

Ce type de jeu amoureux est celui qui se rencontre plutôt à la jeunesse. Il y a là du désir, de la passion, de l’attente, de l’espoir puis l’envie de renouveau, d’une nouvelle distribution des cartes… Celui qui était gagnant hier, qui était un « champion » en amour (II v4 « Au loin un as ») est dans l’attente aujourd’hui. L’as symbolise la victoire passée alors que l’attente symbolise l’amour constant d’aujourd’hui.

Conclusion

En conclusion nous dirons que ce poème est probablement assez représentatif du thème privilégié de l’auteur : le temps qui passe, doté de multiples nuances, d’ailleurs il est extrait d’un recueil nommé « Poésies de Multiples couleurs », ce qui évoque la palette des sentiments, de l’amour à la passion en passant par la constance. L’auteur ici nous démontre que l’amour n’est qu’un jeu ou on ne contrôle pas la distribution. L’homme est alors vu comme un simple joueur sans volonté propre. C’est le cas de l’homme amoureux, se pliant à ses désirs et à ses envies plus qu’à la raison… A travers les 4 dames la « multiplicité » chère à l’auteur est présente. Les quatre dames représentent autant de style de femmes…

Nous espérons que cette analyse vous aidera à en entreprendre de plus grandes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.